[Envoyé spécial] : From Paris to Sydney

Franck, notre envoyé spécial MARCO VASCO, est parti découvrir l’Australie pour son premier voyage autour du monde ! Des moments inoubliables, des visites exceptionnelles et des activités de rêve… Découvrez vite son voyage en Australie ! 

Enfin le départ : quelques semaines de préparation, de programmation et réajustements avec les équipes spécialistes de l’Australie. Tout est prêt, la valise comme les activités prévues une fois Down Under. Un peu plus d’une vingtaine d’heures de vol m’attendent aux côtés de Qantas et son impressionnant A380. Quelques heures en zone internationale et l’avion décolle, poussé par les puissants et nombreux réacteurs brûlants. Je quitte la France alors que le jour décline, pour faire un bond dans le futur et rattraper le lendemain, déjà bien loin devant…

JOUR 1 : Circular Quay – croisière d’observation des baleines

Deux jours plus tard, tôt le matin et dans une fraicheur surprenante, la ville portuaire m’accueille à bras ouverts. Un seul mot d’ordre : repos, récupérer les précieuses heures de sommeil perdues au-dessus des océans. Mais le grondement doux et naissant d’une Sydney en plein réveil ainsi que l’impatience d’entamer mes visites commencent à m’animer et écourtent mes plans : il est temps de partir explorer ces nouvelles terres.

Découverte de Circular Quay, la baie principale de Sydney et son quartier mythique, The Rocks. L’hiver austral est bien là, frais et agréable, revigorant. Il est déjà l’heure de prendre ce bateau pour aller chercher les timides baleines à bosse qui se promènent au large. L’équipage, les passagers et moi-même ne sommes pas déçus : elles sont bien présentes et non-contentes de se montrer, les baleines nous encadrent et semblent même nous escorter alors que chacun a réglé son appareil photo en mode rafale. L’idée de savoir ces mammifères incommensurables nager autour du navire est incroyable, en voir leur dos et les puissantes volutes d’eau qui s’en expulsent, indescriptible.

JOUR 2 : sanctuaire – Blue Mountains

 En route pour l’un des sanctuaires les plus réputés et exemplaires de la région, qui ne manque pas de faire honneur à la quasi-totalité de la faune australienne : koalas, kangourous, leurs cousins wallabys, émeus, quokkas, dingos et tant d’oiseaux uniques en leur genre n’arpentant que le ciel océanique. Tout ce petit monde réuni dans un havre de paix qui fait de la préservation un sujet primordial.

Poursuite de la route pour les Blue Mountains, qui n’ont rien perdu de leur éclat… bleuté. La raison ? Les émanations des milliers d’hectares d’eucalyptus qui tapissent ces vallées à perte de vue. Toute la sérénité du monde compilée dans ces millions de branches, dominées par les superbes Three Sisters, une curiosité rocheuse qui parfait les merveilles des lieux.

JOUR 3 : Bondi Beach – Bridge Climb – dîner-croisière

Nous sommes bel et bien en hiver, mais cela ne m’empêchera pas d’aller prendre un cours de surf dans les vagues de la célèbre Bondi Beach. Julia, une expatriée de longue date adoptée par l’Australie, en assure l’enseignement avec son école Let’s Go Surfing. Les deux pieds plantés dans un sable frais, j’apprends les rudiments de ce sport bien plus technique qu’il n’y parait lorsque l’on regarde ces champions de l’écume au large. Il est temps de se jeter à l’eau et croyez-le ou non, mais elle est délicieuse. Après quelques essais et une précieuse aide de Julia, je parviens à me hisser sur la grande planche légère et indomptable : la sensation de ne faire qu’un avec les flots pendant une poignée de secondes trop courtes est une expérience grisante, délirante. Et tant pis pour les gamelles, je prendrai ma revanche quelques heures plus tard en grimpant les 134 mètres de hauteur du Harbour Bridge. Il faut savoir que le soleil se couche tôt de ce côté-ci du globe, l’occasion d’aller le voir prendre congé lors d’un dîner-croisière, ses derniers rayons baignant l’Opéra et la ville dans des reflets dorés qu’aucun appareil photo ne pourra jamais fidèlement restituer.

JOUR 4 : visite de l’Opéra – survol en hélicoptère – perdu dans Sydney

Il faut se lever tôt pour que l’Opéra de Sydney vous laisse visiter ses coulisses. Mais les découvertes de ses secrets valent le réveil à l’aube. Tout le monde connait ce fameux Opéra et son architecture atypique se fondant dans le paysage marin ; mais qui peut se targuer d’en avoir vu les entrailles ?  Les partitions sont encore juchées sur leur chevalet et les cuivres tièdes vibrent des performances de la veille.

Exploration des terres et des mers, il ne me manque qu’une seule carte : celle des airs. Un petit hélicoptère m’attend et s’impatiente de me faire visiter Sydney et ses quartiers durant les minutes les plus vertigineuses d’une vie. Les yeux bien ouverts, je mitraille de photos, les images s’accumulant sur la carte mémoire comme sur ma rétine abasourdie, la maquette Sydney défilant sous les rotors déchaînés.

Encore étourdi par l’expérience, je me perds dans la ville, qui m’offre ses parcs, ses boutiques de vinyles et grands boulevards bien quadrillés. Sur ma route je croise des enfants surexcités sur une patinoire extérieure, des skateurs disciplinés filmant leurs prouesses, des oiseaux aussi beaux que curieux, une cathédrale imposante, la Sydney Tower… la liste est longue, et chaque coin de rue et chaque détour met en scène quelque chose de notable. Mais la lumière baisse déjà. Je vous l’ai dit, les journées sont courtes ici…

JOUR 5 : Hyde Park – Chinatown – retour

Il ne me reste qu’une matinée pour compléter mes explorations, et il n’est pas question de la laisser filer. Je me rends à Chinatown en traversant Hyde Park, qui m’introduit à la statue du Capitaine Cook, le navigateur à qui l’on doit la découverte du pays. Petit détour au-travers d’un grand marché couvert dans lequel commerçant comme acheteur sont ici pour faire les meilleures affaires possibles. Vous en repartirez avec de quoi déjeuner, compléter votre garde-robe et sans doute quelques bibelots souvenirs. Il est malheureusement temps pour moi de me rendre à l’aéroport international, d’y déposer ma valise, présenter mon passeport et laisser derrière moi de nombreuses choses qui me seront, pour le moment du moins, gardées secrètes.

ÉPILOGUE

Raconter Sydney et sa région en quelques lignes ? Tout bonnement impossible. La capitale culturelle de l’Australie brille poliment, résonne avec discrétion et ne s’enorgueillit même pas de sa qualité de vie extraordinaire, pourtant palpable. Pourquoi Sydney ? Pour son humilité, sa bise, ses cafés, ses quartiers, son soleil et ses locaux. Ces derniers vous le diront : l’Australie est un pays à la taille démesurée qui ne compte que peu d’habitants ; un réel paradoxe. L’occasion pour eux de vous y inviter à en explorer ses moindres recoins et puis finalement pourquoi pas, ne plus jamais en repartir.

 


Explorez l’Australie avec MARCO VASCO : http://australie.marcovasco.fr

Retrouvez MARCO VASCO sur Facebook Instagram Twitter


 

 

Suivez #MARCOVASCO