Voyage écoresponsable : top 3 des destinations 2024 pour une évasion verte

À une époque où la conscience environnementale prend une place prépondérante dans nos vies, choisir des destinations qui préservent et célèbrent leur écosystème devient une priorité pour les voyageurs avertis. Le tourisme, souvent décrié, peut en réalité avoir une action considérable… et bonne ! En effet, en choisissant un voyage écoresponsable, vous avez le pouvoir d’inciter les gouvernements à préserver leur patrimoine naturel et à soutenir les initiatives locales. Que vous soyez passionné par les grands espaces, l’observation d’une faune et d’une flore préservées ou la rencontre avec les locaux, suivez le guide ! Notre sélection de destinations pour l’année 2024 a été soigneusement conçue pour offrir une expérience authentique et éthique. Ici, le tourisme se conjugue avec le respect de la nature et des populations.

Voyage écoresponsable, tourisme durable… Qu’est-ce que c’est ?

Certaines destinations éco-friendly ont investi dans le tourisme vert et permettent un voyage écoresponsable. Elles célèbrent par exemple leurs différentes coutumes, permettent à leurs habitants de bénéficier des retombées du tourisme ou mettent en lumière leur patrimoine naturel. Voici pour 2024 notre podium de destinations qui se distinguent tout particulièrement dans ce domaine.

Préserver l’environnement

Le tourisme durable, un modèle vertueux et éthique, va à contre-courant des pratiques conventionnelles des agences tout-compris et du tourisme de masse. C’est adopter une approche écoresponsable envers l’environnement pour ses vacances, en privilégiant l’écotourisme et la préservation de l’écologie locale. Un voyageur conscient des problématiques écologiques veillera à réduire son impact en participant à la protection de la biodiversité.

Un voyage durable suit les principes du slow travel, en pleine conscience, afin d’autoriser l’immersion dans une nouvelle destination. En bref, c’est un voyage qui a du sens !

Organiser ses vacances en famille sur la thématique écolo permet d’enseigner les écogestes aux plus petits et, pour les plus grands, de recevoir information et conseils ! En outre, au-delà des articles de blog et des consignes parfois floues, préparer un tel circuit est une belle opportunité pour mettre en application ses principes et s’émerveiller devant la beauté du monde. Quoi de plus efficace pour ensuite vouloir le préserver ?

Privilégier les rencontres authentiques et soutenir l’économie locale

Au-delà de ses engagements envers la nature, le tourisme durable se veut respectueux des communautés locales, favorisant leur épanouissement et leur développement économique sans épuiser les ressources de la destination. Il s’agit d’une démarche qui encourage la rencontre authentique entre les voyageurs et les habitants. En favorisant les échanges culturels, on contribue ainsi à une expérience de voyage enrichissante pour tous les acteurs impliqués.

La démarche est donc multiple ! L’écotourisme, ou tourisme responsable, consiste à choisir à qui va son argent en ayant un impact positif sur l’économie locale et sur la société. Un séjour nature chez l’habitant promet de superbes surprises, tout comme ce petit restaurant familial qui vous fait de l’œil ! Voyager durable, c’est aussi voyager de façon éthique, et ne pas interrompre le cours de la vie des populations. On choisira par exemple de ne pas mitrailler les enfants avec son appareil photo ou de bien réfléchir avant de multiplier les visites d’orphelinats qui parfois… n’en sont pas vraiment.

Le top 3 des destinations 2024 pour un voyage écoresponsable

– L’Espagne

– Le Japon

– L’Équateur

L’Espagne : une politique verte innovante

L’Espagne a réalisé d’importants investissements en vue d’un tourisme plus durable. Les modes de transport, d’abord : lors d’un circuit en Espagne, on préfère le vélo ou le bus électrique à la voiture individuelle. Il est d’ailleurs possible de s’y rendre en train depuis la France pour un bilan écolo exemplaire ! L’énergie, ensuite : il est prévu que d’ici 2030, les ¾ de l’électricité consommée par le pays soit issue d’énergies renouvelables. Le pays met également l’accent sur l’alimentation, en donnant à ses ressortissants tous les moyens de s’approvisionner localement.

De plus, le gouvernement espagnol donne des astuces à ses visiteurs pour se rendre dans des destinations moins visitées ou voyager hors saison. Ces efforts ont pour objectif que le tourisme profite aux populations locales, sans distinction territoriale ni sociale. Enfin, en Espagne cohabitent harmonieusement les activités humaines et la biodiversité. L’UNESCO a d’ailleurs récemment salué la destination pour sa concentration significative de réserves de biosphère. Ce pays d’Europe est donc à la pointe du tourisme durable, et ce grâce à des actions innovantes et respectueuses des populations et de l’environnement !

Valence, nommée Capitale verte de l’Europe en 2024, en est un exemple édifiant. Ce label green récompense les plans ambitieux de la capitale méditerranéenne. 97% des Valenciens vivent à moins de 300 mètres d’espaces verts, de nombreux écosystèmes font l’objet de mesures de préservation et de restauration. Profitez d’une escapade à Valence pour flâner dans le jardin de Turia, immense parc qui longe le lit du fleuve, avant de vous enfoncer dans les terres pour explorer les espaces naturels diversifiés de la péninsule ibérique.

Les jardins de Turia, un exemple de politique écoresponsable

crédit photo : TenWit

Le Japon : peuples et cultures à découvrir

Certes, le pays est accessible en avion depuis la France – à moins d’avoir assez de temps devant soi pour d’autres alternatives, comme rejoindre le Japon en bateau. Sur place, cependant, vous réaliserez vite que l’harmonie entre êtres humains et nature est fondamentale dans la culture nipponne. Cela saute aux yeux dans les sanctuaires shintō, philosophie animiste qui attribue une âme à toutes choses, même aux éléments naturels. Les puissances naturelles deviennent alors des divinités honorées.

Le voyage écoresponsable au Japon est devenu une préoccupation croissante. Les pouvoirs publics ont mis en œuvre plusieurs actions solidaires pour réduire l’empreinte écologique des voyageurs. Les sites historiques, les jardins traditionnels, les sanctuaires naturels et les parcs nationaux du Japon mettent en valeur la culture et la nature du pays. Mais ils encouragent également le respect et la préservation de l’environnement ! Des initiatives visant à sensibiliser les visiteurs aux enjeux environnementaux locaux et à l’importance de la durabilité sont mises en place, notamment par le biais de programmes éducatifs dans les musées, les parcs et les centres d’interprétation.

Rendez-vous à Hokkaido, dont la faible densité de population invite à se perdre dans un décor de montagnes et de forêts. Depuis quelques années, la population autochtone aïnoue s’est organisée pour défendre sa culture, sa langue et ses coutumes. Un voyage à Hokkaido est donc l’occasion de partir à la rencontre de ses premiers habitants, loin du tourisme de masse observé à Tokyo ou Kyoto. Après une journée de découverte, se plonger dans un onsen est un véritable délice : les sources chaudes sont en effet nombreuses sur cette île volcanique.

Un homme Aïnou, à Hokkaido : une population à rencontrer lors d'un voyage éthique

crédit photo : Uolir

L’Équateur : un écosystème et une biodiversité préservés

Partons à présent de l’autre côté de l’Atlantique ! Titulaire du prix de la Meilleure destination verte d’Amérique du Sud en 2022, l’Équateur confirme la tendance. Malgré le match entre Costa Rica et l’Équateur, ce dernier reste indétrônable dans le classement des destinations écoresponsables. Le pays a d’ailleurs été sacré champion de la biodiversité par le Lonely Planet en 2024 ! En effet, il concentre sur une superficie moitié moins grande que la France 46 écosystèmes répartis dans 11 écorégions. Depuis les hauts plateaux andins jusqu’aux volcans encore actifs, la diversité géographique et climatique est unique au monde. Sans oublier sa forêt amazonienne et ses marais peuplés d’oiseaux migrateurs…

Cependant, la conservation de cette biodiversité est un défi important pour le pays. Ces écosystèmes sont souvent menacés par la déforestation, l’urbanisation, le changement climatique et d’autres activités humaines. Voilà pourquoi le gouvernement investit dans l’hydroélectricité et multiplie les partenariats avec des ONG internationales, lesquelles l’assistent dans le domaine de la conservation. De plus, les Îles Galapagos accueillent un nombre limité de touristes chaque jour. Cela leur permet de contrôler l’impact des visiteurs sur cette zone qui abrite une multitude d’espèces endémiques. De nombreux écolodges se construisent pour que le tourisme reste au plus proche de la nature exubérante, qui constitue la plus grande richesse du pays.

Les fous à pieds bleus sont des oiseaux protégés, endémiques de l'Équateur

crédit photo : BlueOrange Studio